Dans les auteurs qui m’ont soutenue et accompagnée, Thérèse Bertherat est sans conteste l’une des plus importantes ! Non seulement parce que son travail avec le corps peut être inspirant pour tout thérapeute, mais surtout parce que j’ai eu la chance de vivre sa méthode, de la pratiquer durant trois ans et de continuer encore aujourd’hui à faire quelques-uns des ‘’préambules’’, des exercices simples qu’elle propose dans ses ouvrages.

Son premier livre nous parle tout simplement de nous… de notre corps, certes, mais…ne sommes-nous pas ce corps justement ? Thérèse emploie les mots de ‘’retour à la maison’’ pour illustrer sa proposition : redécouvrir où nous habitons, ressentir que nous habitons, nous sommes, ce corps, cette respiration, ces mouvements…

Et c’est justement par la respiration et les mouvements, toujours doux, tranquilles, respectueux de nous-même, qu’elle nous invite à retrouver notre intérieur. Ainsi nous l’habitons, nous l’incarnons avec une conscience nouvelle.

Thérèse Bertherat a fait trois livres, j’ai choisi de présenter ici les deux qui proposent le plus de ‘’préalables’’ et qui sont, donc, les plus pratiques. Le repaire du Tigre nous aide à apprivoiser notre dos, magnifique tigre qui nous porte !

Par un parler simple et léger, ces livres nous font découvrir (ou redécouvrir) notre corps, et permettent à ceux qui le souhaitent d’accéder à une ‘’boîte à outils’’ utilisable au quotidien : sentir son corps, respirer plus amplement, étirer son dos, ses épaules, ses bras, faire travailler ses yeux … Rien n’est oublié, avec humour et une grande tendresse pour…notre corps… autant dire : pour nous !

On ne la présente plus, et pourtant si : Annick de Souzenelle est une grande dame qui m’a beaucoup aidée, bien qu’on ne se soit jamais rencontrées ! Son travail pour mettre en lumière la tradition chrétienne et les lettres hébraïques, ainsi que la relation étroite entre le corps humain et le symbolisme de ces lettres et de cette tradition toute entière, est simplement formidissimable ! (oui je viens de l’inventer celui-là…)

C’est avec la Libération du Péricarde que j’ai rencontré pour la première fois les grandes lettres, senti leurs vibrations, éprouvé leurs résonnances dans mon corps, et que j’ai pu approcher cette magnifique symbiose entre le corps et le langage..

Voici quelques-uns des nombreux ouvrages d’Annick de Souzenelle … Tous ses livres sont tournés vers une compréhension de la tradition à partir d’une étude approfondie des lettres et du langage hébraïque, de ses symbolismes et de ses correspondances pour notre corps.

Cette mise en lumière fut pour ma part très importante et a marqué le premier pas vers ce que je n’arrêterai plus jamais d’apprendre (et de découvrir avec émerveillement !) : les liens étroits entre notre chair, notre corps vivant et ces langues, ces lettres de toutes traditions, ces mots ; leurs vibrations, leurs rythmes, leurs mouvements qui viennent résonner en nous, par nous, et peuvent même aller jusqu’à nous guérir !